Global Unions

Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois

18 April 2008: L’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB) est la fédération internationale des syndicats de travailleurs des secteurs du bâtiment, des matériaux de construction, du bois, de la sylviculture et des secteurs connexes. L’IBB comprend 317 affiliés nationaux qui se répartissent en Afrique et au Moyen-Orient (77), en Asie (75), en Europe (113), en Amérique du Nord (7) et en Amérique latine et aux Caraïbes (44).

Alors que des millions d’enfants travaillent, souvent comme manœuvres dans le bâtiment, l’IBB promeut des solutions pratiques en réponse à la grave problématique du travail des enfants à travers la scolarisation, la mise en place de campagnes et l’organisation syndicale. En Inde, des écoles pour les enfants qui travaillent ont été créées dans le cadre de la campagne de l’IBB « Children Should Learn Not Earn! » (Les enfants doivent apprendre et non gagner leur vie !), ce qui a permis de soustraire des milliers d’entre eux aux chantiers de construction et de les rediriger vers les salles de classe.

De même, le programme Gender Empowerment de l’IBB a aidé à former des milliers de travailleuses engagées dans le mouvement syndical afin de lutter contre les bas salaires et le travail dangereux dans les secteurs du bâtiment, du bois et de la sylviculture.

Alors que 100 000 travailleurs meurent chaque année de maladies liées à l’amiante, la santé et la sécurité sont des préoccupations majeures. Les syndicats affiliés à l’IBB font campagne pour l’interdiction mondiale de l’amiante. En Amérique latine, des interdictions sont déjà en place dans plusieurs pays. L’IBB s’est également associée à d’autres fédérations syndicales internationales pour lancer la toute première campagne internationale sur le thème « Zéro cancer professionnel ». Chez les travailleurs des secteurs relevant de l’IBB, le risque de contracter différents types de cancer est plus élevé du fait de leur exposition professionnelle à des facteurs favorisant ces cancers.

L’IBB est parvenue à obtenir l’incorporation des normes fondamentales du travail de l’OIT dans les systèmes de certification des produits en bois et produits sylvicoles tels que le FSC (Conseil de bonne gestion forestière) et le PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières). En Afrique, cela aide les syndicats à lutter contre la pauvreté grâce au développement d’une sylviculture durable et à de meilleures conditions de travail.

Dans le cadre de la défense des droits humains et des droits des travailleurs, l’IBB participe à la formation des promoteurs des droits syndicaux et des droits humains et appuie les actions en justice par des initiatives de solidarité mondiales.

Une bonne douzaine de multinationales des secteurs bâtiment et bois ayant signé des accords mondiaux, l’IBB a donné un sens pratique au dialogue social international et à la promotion des conventions de l’OIT. L’IBB a fait pression sur la Banque mondiale pour faire de l’adoption et de l’application des normes fondamentales du travail de l’OIT une condition sine qua non de ses politiques d’approvisionnement.

En mai 2005, des clauses impératives concernant le travail forcé, le travail des enfants, la non-discrimination et d’autres normes du travail ont été ajoutées aux contrats de construction de la Banque mondiale. En 2006, l’aile secteur privé de la Banque a imposé le respect des normes fondamentales du travail à ses clients.