Global Unions

Sociétés liées à la Birmanie

Companies linked to Burma

Une dictature militaire dirige la Birmanie depuis plusieurs décennies. Il s’agit d’un des régimes qui violent le plus les droits humains et syndicaux dans le monde entier. Non seulement ce régime astreint la population au travail forcé et bafoue gravement d’autres droits humains et syndicaux à grande échelle, mais en plus il ne garantit aucune liberté syndicale ni démocratie. Le mouvement syndical international considère qu’il est impossible de mener des activités commerciales ou économiques avec la Birmanie sans fournir un soutien direct ou indirect, principalement financier, à la junte militaire.

Une base de données a été créée par la CSI et par les Fédérations syndicales internationales, à partir d’informations disponibles au public qui dévoilent les sociétés qui entretiennent des liens commerciaux avec la Birmanie, ou les ont entretenus récemment, et ne rapportant aucune preuve qu’un terme a été mis à ces liens.

Il s’agit d’une base de données de sociétés qui semblent, d’après les informations disponibles, entretenir certaines formes de relations avec la Birmanie. Dans certains, cas, ce lien représente un commerce, des investissements ou d’autres activités commerciales en Birmanie alors que, dans d’autres cas, il peut s’agir de contacts directs entre la société et les responsables du régime. Il se peut aussi que la société promeuve le tourisme ou en fasse la publicité dans le pays.

Le critère utilisé est de regrouper les sociétés qui sont actives en Birmanie, qui entretiennent des relations commerciales avec ce pays, sont en contact direct avec les responsables du régime ou y promeuvent le tourisme.

En avril 2004, plus de 650 sociétés avaient reçu une lettre du mouvement syndical international, attirant l’attention sur la décision du Conseil d’administration de l’OIT de mettre pleinement en œuvre la résolution de l’OIT [1]. sur la Birmanie, adoptée lors de la Conférence internationale du travail en juin 2000, et sur les informations disponibles au public révélant que la société entretient des liens avec la Birmanie. La lettre avait pour but de demander de mettre un terme à ces liens.

Plus de 100 sociétés ont répondu: certaines ont nié leur participation, d’autres ont admis leur présence, certaines ont défendu leurs activités qui bénéficieraient au peuple birman et d’autres encore ont demandé d’engager un dialogue à propos de leurs liens avec ce pays.

Peu de sociétés nous ont informés qu’elles se sont récemment retirées de Birmanie et/ou qui sont en passe de le faire, dans certains cas à la suite des contacts que nous avons établis avec la société. Ces sociétés ont été retirées de la liste. D’autres sociétés avec lesquelles nous avons engagé un dialogue en la matière pourraient également être retirées de la liste dans l’attente de l’issue du dialogue.

Face à la violente répression des manifestations démocratiques en septembre 2007, nous avons écrit à nouveau à plus de 400 sociétés soupçonnées d’entretenir des liens commerciaux avec la Birmanie en vue de leur demander de mettre un terme à ces liens. Les informations concernant ces sociétés sont reprises dans la liste.

Cette liste n’est pas exhaustive. Nous sommes disposés à corriger toute erreur factuelle qui pourrait s’y être glissée. Au fur et à mesure que nous recevons des informations sur d’autres entreprises actives en Birmanie, nous nous adresserons à celles-ci de la même manière et, en fonction de leur réaction, nous les ajouterons à la liste.


Base de données de sociétés liées à la Birmanie


Documents

- Lettre envoyé aux entreprises en octobre 2007 (EN - pdf)
- Lettre envoyé aux entreprises en octobre 2005 (EN - pdf)
- Lettre envoyé aux entreprises en avril 2004 (EN - pdf)
- Lettre envoyé aux entreprises en septembre 2003(EN - pdf)
- Lettre envoyé aux entreprises en mars 2003 (EN - pdf)
- Lettre envoyé aux entreprises en septembre 2002 (EN - pdf)
- Lettre envoyé aux entreprises en décembre 2001 (EN - pdf)
- Lettre envoyé aux entreprises en septembre 2001 (EN - pdf)
- Lettre envoyé aux entreprises en mai 2001 (EN - pdf)

article is tagged

Burma

Footnotes

[1] « La résolution recommande à l’ensemble des mandants de l’Organisation, gouvernements, employeurs et travailleurs: (i) d’examiner, à la lumière des conclusions de la commission d’enquête, les relations qu’ils peuvent entretenir avec [le Myanmar], de prendre les mesures appropriées afin que ces relations ne puissent être mises à profit par ledit Membre pour perpétuer ou développer le système de travail forcé ou obligatoire (…) et de contribuer dans toute la mesure possible à la mise en œuvre de ses recommandations, et (ii) de faire rapport au Conseil d’administration de manière et à intervalles appropriés »